La ci avenir de la protection des plantes s’engage pour l’eau potable propre

- Dans le rapport publié aujourd’hui, l’Office fédéral de l‘environnement (OFEV) constate que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour garantir la protection de l’eau potable à l’avenir. La CI avenir de la protection des plantes reconnaît la nécessité d’agir et contribue à la réduction des risques des produits phytosanitaires.

La ci avenir de la protection des plantes s’engage pour l’eau potable propre

L’Office fédéral de l’environnement (OFEV) a publié aujourd’hui le rapport de l’Observation nationale des eaux souterraines (NAQUA) pour 2007 à 2016. Selon le rapport, l’eau potable en Suisse est de bonne qualité et peut être consommée sans crainte. Néanmoins, les eaux souterraines doivent être protégées encore plus systématiquement à l’avenir. La CI avenir de la protection des plantes partage ce souci. Rappelons qu’elle a justement été fondée par des organisations de toute la filière pour continuer de réduire les risques des produits phytosanitaires pour les humains et l’environnement.

Multiplication par deux des investissements dans la recherche et le développement
Les productrices et producteurs représentés par la CI utilisent déjà aujourd’hui de nombreuses alternatives aux produits phytosanitaires habituels pour protéger leurs plantes de manière durable contre les intempéries, les évènements naturels, les mauvaises herbes et les ennemis naturels. Ils et elles emploient par exemple des auxiliaires, cultivent des variétés résistantes, appliquent des méthodes comme celle dite de confusion sexuelle ou utilisent des techniques novatrices. Les produits phytosanitaires sont seulement employés s’il n’existe pas d’alternative. Les membres de la CI se sont engagés à mettre en œuvre dans la pratique le plan d’action Produits phytosanitaires. Les travaux pour ce faire sont en cours. De plus, ils intensifient leurs activités en matière de recherche. En juin, ils ont ainsi décidé de trouver des alternatives économiquement et écologiquement durables aux produits phytosanitaires les plus contestés jusqu’en 2030 et de multiplier pour cela par deux leurs investissement dans la recherche et dans le développement.

Innovation au lieu d’interdictions
Les membres de la CI avenir de la protection des plantes apportent de la sorte une contribution importante à la réduction des risques des produits phytosanitaires. En même temps, ils assument leurs responsabilités envers la société et la nature : ils approvisionnent la population suisse quotidiennement en denrées alimentaires et en plantes d’ornement fraîches et de haute qualité en quantités suffisantes, créent des milliers d’emplois et garantissent de courts trajets. Les initiatives contre les produits phytosanitaires ne permettront pas d’atteindre ces objectifs. Au contraire, elles mettent en danger toute la production indigène, favorisent les importations et transfèrent ainsi le problème à l’étranger au lieu de le régler en Suisse.

Ce site web utilise des cookies pour vous soutenir dans votre navigation personnelle. En visitant le présent site web vous acceptez l’utilisation de cookies conformément à notre déclaration de confidentialité. Veuillez lire cette dernière pour en savoir plus sur la manière dont nous utilisons les cookies et dont vous pouvez gérer ces derniers.